//
vous lisez...
Publications

Faisons-nous face à une surmathématisation de l’économie ?

— BILLET D’OPINION —

Selon Paul Romer, le concept de « mathiness » utilisé abondamment en science économique consiste à prioriser l’utilisation de la théorie et du langage mathématique de façon à complexifier les explications plutôt que de les simplifier. Faisons-nous face à une surmathématisation de l’économie? Le texte suivant illustre le point de vue d’une étudiante aux cycle supérieurs dans ce domaine qui soutient qu’une des principales conséquences de l’utilisation abusive des mathématiques en science économique est une incompréhension de l’économie par la population qui résulte de l’inaccessibilité de cette science.

Insouciante, j’ai entamé mon parcours universitaire dans le domaine de l’administration il y a de cela quelques années et j’y suis restée pour 2 (interminables) sessions. Au terme de celles-ci, j’ai choisi de plutôt orienter mes études vers les sciences sociales. En effet, je ne cadrais clairement pas dans le profil et, à mon goût, l’humanisme et l’aspect social n’étaient pas suffisamment représentés dans l’analyse proposée par les disciplines reliées à l’administration. C’est donc plein d’enthousiasme que je me suis inscrite au baccalauréat en économie et politique.

Du haut de mes 20 ans, j’avais l’envie naïve de comprendre la société dans toutes ses plus profondes subtilités et je croyais y arriver à travers mes cours d’éco-pol. L’enseignement de la théorie économique m’a bien entendu permis de développer un esprit logique et mathématique. Toutefois, les cours de politique m’ont aussi beaucoup apporté et complètent selon moi très bien la matière acquise en économie. L’étude de la science politique m’a donné l’occasion d’aiguiser mon sens critique, mon esprit analytique et ma structure, des qualités indispensables lorsqu’il est question d’analyse économique. Je crois fermement que les cours d’économie à eux seuls ne permettent pas de développer ces aptitudes et c’est la raison pour laquelle je suis heureuse d’avoir obtenu un diplôme bidisciplinaire.

Bachelière depuis peu, je poursuis actuellement mes études de deuxième cycle exclusivement en science économique. Je considère qu’il s’agit d’un défi intéressant, puisqu’il ne s’agit pas d’une discipline aussi instinctive que la politique pour moi. Je complète présentement la scolarité de maîtrise qui a pour but de m’aider à peaufiner mon sujet de recherche et à définir une question précise sur laquelle je travaillerai pour la prochaine année à venir. Plus je progresse dans mon parcours universitaire et plus l’économie devient une matière abstraite et orientée vers des concepts mathématiques qui n’ont rien à voir avec les sciences sociales et l’être humain, une chose que je déplore. Ayant choisi cette discipline pour l’aspect humain et le côté social, chaque cours théorique et infiniment mathématique auquel j’assiste me déconcerte de plus en plus.

Dans le cadre de mes études et de mon parcours professionnel, j’ai eu l’occasion de lire et de décortiquer quelques articles scientifiques dans le domaine de l’économie et le verdict est toujours le même; ils sont loin d’être accessibles et arborent souvent une lourdeur mathématique qui pourrait en rebuter plus d’un. Il m’est arrivé à quelques reprises de devoir analyser des modèles économiques et de finalement constater que derrière les formules nombreuses et abstraites se trouve une simplicité étonnante et presque douteuse.

Ce constat a aussi été partagé par Paul Romer dans un billet d’opinion publié le 15 mai dernier[1]. Économiste américain ayant enseigné notamment à l’université de New-York, de Stanford, de California à Berkeley, de Chicago et de Rochester, Romer développe le concept de mathiness qu’il critique amèrement. Il s’agit d’un concept qui consiste à prioriser l’utilisation de la théorie et du langage mathématique de façon à complexifier les explications plutôt que de les simplifier. À cet effet, Romer soutient le postulat suivant :

« The style that I am calling mathiness lets academic politics masquerade as science. Like mathematical theory, mathiness uses a mixture of words and symbols, but instead of making tight links, it leaves ample room for slippage between statements in natural versus formal language and between statements with theoretical as opposed to empirical content. »

L’utilisation des mathématiques en économie est-elle allée trop loin ?

Au 18e et 19e siècle, l’économie et la politique étaient indissociables ; il n’était pas question d’économie, mais bien d’économie politique. Rappelons-nous que cette discipline a été développée initialement comme un courant de pensée, une branche de la philosophie et de la politique. L’économie n’était à la base qu’une idéologie plutôt qu’une science empirique. Toutefois, la montée de l’école néoclassique au début du 20e siècle s’est traduite par une apparition importante des concepts mathématiques sur la scène académique. J’ai l’impression que les économistes ont ainsi cherché à en faire une véritable science qui se rapprochait plus des sciences naturelles que des sciences sociales. Ainsi, pour appuyer plus empiriquement leurs thèses, ils ont ajouté des concepts mathématiques qui prennent de nos jours de plus en plus d’importance.

Il est indubitable que l’économie est de loin la science sociale la plus mathématique et là n’est pas le problème. Je suis d’avis que les maths sont indispensables dans cette discipline, puisque les outils statistico-mathématiques permettent l’interprétation et le traitement de bases de données parfois extrêmement volumineuses. En ce sens, l’utilisation des maths permet de dégager des constats sociaux relatifs à l’optimisation du bien-être de la collectivité en matière d’emploi, de santé ou d’environnement pour n’en souligner que quelques un.

En contrepartie, ce que je désapprouve, c’est la complexité avec laquelle sont exprimées les modélisations économiques. Une des premières conséquences de l’utilisation abusive des mathématiques et de modèles complexes est que l’économie devient une science élitiste par et pour les économistes. J’ai l’impression que la présence des mathématiques en économie a pour but d’aveugler la population et de rendre cette discipline de plus en plus inaccessible, malgré le fait que l’objectif principal de l’utilisation des maths est de simplifier la communication. Les économistes se confortent donc dans leurs modélisations de plus en plus complexes/abstraites au détriment de la population qui peine à comprendre les phénomènes économiques. Les économistes utilisent des modèles théoriques qui pourraient néanmoins être facilement vulgarisés, mais qui sont généralement exprimés que par une série d’équations incompréhensibles pour les simples citoyens qui s’intéressent à la science économique. L’inaccessibilité de cette science a des conséquences importantes. Un exemple que nous vivons actuellement avec les élections fédérales illustre bien les conséquences de l’incompréhension de cette science par la population : les politiciens profitent du peu de compréhensions des citoyens pour centraliser les débats politiques autour de l’économie dans son sens le plus général. Ainsi, les politiciens formulent de nombreuses promesses électorales relatives à ce concept pourtant si large, tandis que la population, naïve, se laisse convaincre par l’espoir d’une économie meilleure.

Je crois qu’il est primordial que l’économie conserve son caractère accessible afin que la population soit en mesure de comprendre les phénomènes économiques de base. Pour ce faire, il faut reconnecter les économistes avec la population. Il est important de se rappeler qu’il s’agit d’une science sociale au même titre que la politique, la sociologie ou l’anthropologie. Les sciences humaines et sociales sont définies comme un ensemble de disciplines qui étudient divers aspects de la réalité humaine. Toutefois, la réalité est que la science économique telle qu’enseignée dans les universités québécoises diverge de cette définition, puisque l’aspect social est de plus en plus délaissé au détriment de la mathématisation. L’économie deviendra-t-elle une discipline des mathématiques appliquées au même titre que les autres sciences dites naturelles? Personnellement, j’espère grandement que le caractère social de l’économie ne se perdra pas à travers les modélisations complexes. Selon moi, un enseignement de l’économie mariant théories politiques et mathématiques serait plus approprié afin d’éviter les dérapes découlant de l’utilisation abusive des mathématiques. L’économie est beaucoup plus complexe que ce que laisse présager les modèles et une analyse multidisciplinaire est généralement nécessaire afin de bien expliquer les phénomènes économiques. Dans cette optique, un enseignement pluraliste de l’économie aurait pour conséquence de former des économistes dont la capacité d’analyse multidisciplinaire ne se limite pas à la théorie mathématique. Les économistes seraient ainsi en mesure de proposer des conclusions qui s’avèrent plus accessibles et d’ainsi influencer grandement la compréhension de la population face à l’économie. Selon moi, il est indubitable que notre société bénéficierait grandement d’avoir des économistes dont la formation ne relève pas simplement de leurs capacités logico-mathématiques.

[1] http://paulromer.net/wp-content/uploads/2015/05/Mathiness.pdf

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Faisons-nous face à une surmathématisation de l’économie ?

  1. Ce texte est intéressant, mais je trouve qu’il n’élabore pas assez sur l’association entre la théorie et les modèles théoriques au détriment des observations empiriques (comme le mentionne Romer). Pour moi, le plus gros problème n’est pas l’utilisation des mathématiques (quoique ce problème existe), mais le fait que les modèles camouflent les hypothèses nombreuses et non vérifiées empiriquement sur lesquelles ils sont basés.

    J'aime

    Publié par Darwin | 5 mai 2016, 19 h 36 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Contactez nous – Contact us

mainvisiblehand@gmail.com

Calendrier hétérodoxe – Heterodox Calendar

octobre 2015
L M M J V S D
    Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Veuillez inscrire votre courriel pour suivre recevoir de nos nouvelles - Please enter your email to follow our actions:

%d blogueurs aiment cette page :