//
vous lisez...
Publications

Régime de temps de travail expiré – par William Samson

— BILLET D’OPINION —

par William Samson, étudiant à la maitrise en administration publique à l’ÉNAP

Le vieillissement de la population et les tendances politiques qui mettent le débat sur les finances publiques à l’avant plan, sont parmi les éléments qui nous obligent à nous questionner sur les régimes de retraite et les « régimes de travail ».

Les fondements des régimes de retraite au Québec n’ont que très rarement été remis en question. On peut dire qu’aujourd’hui, il s’agit d’un sujet plutôt « à la mode » puisque le contexte politique au Canada et au Québec place cet enjeu à l’agenda. De nombreuses études viennent analyser la situation en comparant la situation du Québec à ce qui est fait ailleurs dans le monde. Évidemment, certaines pratiques d’outre-mer devraient être des exemples et d’autres devraient agir plutôt comme des leçons quant aux moins bonnes pratiques dans ce domaine. Nous allons dans ce texte soulever brièvement certains de ces exemples, mais il sera surtout question de mettre en perspective les assises fondamentales de nos régimes de retraite.

Contexte

Le Québec a été fondé par des forts bâtisseurs qui ont érigé des villes, des bucherons qui ont créé des passages, des agriculteurs qui ont défriché leur terre, des travailleurs d’usines qui ont travaillé fort pour créer des produits québécois. Les Canadiens français étaient reconnus comme étant des ouvriers qui ont travaillé très fort pour structurer l’économie québécoise telle qu’on la connait aujourd’hui. Les emplois étaient exigeants, les hivers difficiles, la technologie (évidemment) moins développée, les méthodes de travail plus rudimentaires. Je prends ici l’exemple québécois parce qu’il semble être un exemple spécialement représentatif, mais cette situation est relativement la même partout en Amérique du Nord. Les gens travaillaient forts, ils vivaient moins longtemps et profitaient d’une belle retraite à un âge qui semble relativement tôt.

Nous le savons la réalité est loin d’être la même aujourd’hui, mais pourtant le mode de retraite reste toujours le même. Généralement, les travailleurs sont toujours en poste 5 jours par semaine et prennent leur retraite dans la cinquantaine ou dans la soixantaine. La diminution des emplois manufacturiers et dans des domaines où des nouvelles technologies viennent prendre la relève sur la main-d’œuvre (cela diminue le nombre d’emplois, mais surtout) cela déplace la demande de main-d’œuvre vers le domaine des services[1]. Ce déplacement des réalités du marché du travail fait place à beaucoup d’emploi moins exigeant physiquement. Par contre, s’il s’agit d’emploi moins difficile physiquement, il n’en est pas moins qu’ils s’agissent d’emplois beaucoup plus exigeant psychologiquement avec un niveau de stress très élevé[2].

Bien des études démontrent que la productivité au travail est faible, les Québécois sont reconnus pour avoir une productivité plus faible que celle de leurs voisins[3]. Il faut absolument modérer cette affirmation même si elle est d’un point de vue largement vrai. Plusieurs phénomènes viennent expliquer cela. Par exemple, des différences fondamentales de structure industrielle et aussi parce que certains secteurs spécifiques où la situation est spécifiquement préoccupante.

De plus, de nombreuses études démontrent que les travailleurs qui prennent plus de congés, augmentent de beaucoup leur productivité. [4]Des entreprises américaines ont poussé cette idée très loin (peut-être trop loin), jusqu’à laisser les employés entrer au travail au moment qu’ils le désirent (soit des vacances illimités). À moyen terme, ce type de politique a augmenté de manière importante la productivité, l’étude à long terme reste à évaluer. On remarque dans les cas de travailleurs qui obtiennent des réductions du temps de travail ou encore des employés qui prennent plus de journées de congé (souvent sans solde), une augmentation de la productivité.

Un nouveau phénomène qui s’observe de plus en plus est que les jeunes retraités dans la cinquantaine et dans la soixantaine se retournent vers des nouveaux emplois (parfois à temps partiel) pour se sentir utiles ou pour bonifier leurs revenus. De plus en plus de travailleurs décident de rester sur le marché souvent en diminuant leur temps de travail parce qu’ils jugent qu’ils ne sont toujours physiquement et psychologiquement aptes à travailler[5].

La nouvelle réalité démographique en Amérique du Nord, mais également en Europe et dans d’autres régions du globe, c’est le vieillissement de la population. En ouverture nous avons mentionné que le sujet des régimes de retraite était populaire ces derniers temps. En effet, cette popularité n’est pas un hasard. Le vieillissement de la population et les tendances politiques qui mettent le débat sur les finances publiques à l’avant plan, sont parmi les éléments qui nous obligent à nous questionner sur les régimes de retraite et les « régimes de travail ». Au Canada, les gouvernements augmentent l’âge de la retraite sans compenser d’une quelconque façon en améliorant les conditions de travail.

Vers un nouveau régime de travail

Le cinq jours par semaine de travail est de toute évidence un régime de travail dépassé. Le 35-40 heures semaines pousse rapidement les travailleurs à bout de souffle, diminue leur productivité, limite leurs carrières et les pousses rapidement à prendre retraite à un moment où un travailleur est encore très apte pour le boulot.

Un des effets pervers du cinq jours par semaine est la transformation de notre type de travail de plus en plus d’un système de carrière vers un système d’emploi. Sous ce type de régime de travail, les travailleurs sont très rapidement saturés des tâches qui leur sont attribuées et se désabusent rapidement de la vision d’entreprise. Avec un nouveau régime de travail de 25 ou 30 heures par semaine, cela permettrait à un employé non seulement d’augmenter sa productivité lorsqu’il est au boulot, mais également contrer cette « saturation » rapide pour l’emploi et potentiellement ramener un système de carrière à l’avant plan.

Dans la fonction publique québécoise, c’est le régime des 35 heures semaines qui est la règle. De plus en plus, on observe que les professionnels optent pour un régime de temps de travail allégé afin de contrer les effets néfastes du 5 jours semaines. Il s’agit malheureusement des exceptions puisque tous les types d’emplois n’offrent pas cette possibilité. Si certaines fonctions publiques dans le monde offrent de plus en plus certains arrangements comparables ce que l’on observe c’est un secteur privé des plus septique face à ce type d’arrangements. Certaines entreprises plus marginales offre ce type d’arrangement, par exemple Google, mais il s’agit une très faible minorité. Ce qui est étrange, c’est que ce type de changement de régime se ferait à coût presque nul pour le secteur privé[6].

Ce déplacement des emplois manufacturiers vers des emplois plus axés sur les services est venu avec l’apparition de beaucoup emplois à temps partiels afin de combler des postes de soirs et/ou de fins de semaine. L’adoption d’un nouveau régime de temps de travail augmenterait certainement les coûts de gestion des ressources humaines. Par contre, cela permettrait à plusieurs employés occasionnels de devenir potentiellement des employés habituels à cause de ce glissement dans l’horaire de travail. Pour l’employeur cela résulterait par une augmentation de la productivité notable sur le long terme ainsi qu’un maintien de leurs professionnels plus longuement.

Enfin, d’un point de vue macroéconomique, nous savons que des changements au marché du travail vont être inévitables. Avec le vieillissement de la population, la mondialisation, les changements importants dans les types d’emplois, les questions de finances publiques et de régimes de retraite qui sont à l’avant-plan, des modifications de nos régimes de travail sont presque inévitables sur le long terme. Une solution pourrait passer par une diminution des heures de travail par semaine dans une optique d’optimisation des employés, d’augmentation de la productivité, de rétention des employés formés et compétents ou encore dans le but, de favoriser les carrières au sein des entreprises plutôt que les emplois. D’autres suggèrerons des augmentations des semaines de vacances payées ou encore l’adoption d’un 35 heures par semaine. Il s’agit de pistes de réflexion toutes aussi valables face à cette problématique de plus en plus importante.

[1] http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs59118

[2] http://msss.gouv.qc.ca/statistiques/sante-bien-etre/index.php?Principales-sources-de-stress-quotidien-selon-le-sexe

[3] http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/EEFB/fr/ace_vol1_no6.pdf

[4] http://argent.canoe.ca/nouvelles/prendre-conge-bon-pour-la-sante-et-pour-la-productivite-20062008

[5] http://www.emploiquebec.gouv.qc.ca/entreprises/gerer-vos-ressources-humaines/amenagement-et-reduction-du-temps-de-travail/

[6] Si on part du fait que les entreprises qui ont adhéré aux régimes de temps allégés augmentaient la productivité de leurs employés et que les coûts d’un tel régime entrainent une petite augmentation des frais d’embauches et de formation d’un nombre faible d’employés supplémentaires, on peut émettre l’hypothèse que les coûts d’un tel changement sont très faibles et même potentiellement positifs.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Contactez nous – Contact us

mainvisiblehand@gmail.com

Calendrier hétérodoxe – Heterodox Calendar

novembre 2015
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Veuillez inscrire votre courriel pour suivre recevoir de nos nouvelles - Please enter your email to follow our actions:

%d blogueurs aiment cette page :